Une minute d’oenotourisme par soir sur France Télévision

« 1 Minute, 1 Vignoble » : France Télévisions va diffuser un programme oenotouristique construit avec 6 régions viticoles françaises et Vin & Société.

Le 27 mars, France Télévisions lance un programme oenotouristique court baptisé « 1 Minute, 1 Vignoble » sur les régions viticoles deBordeaux, Bourgogne, Champagne, Languedoc, Provence et Côtes du Rhône Il sera diffusé sur France 2 du lundi au jeudi (du 27 mars au 4 mai) et sur France 5 du vendredi au dimanche (du 28 avril au 18 juin) vers 20h35. 

100% axé sur la culture et le patrimoine, ce programme inédit constitué de 18 films d’une minute chacun, propose au spectateur une promenade oenotouristique qui le conduira à la découverte des terroirs et mettra en lumière un paysage, une histoire, un lieu ou un savoir-faire spécifique autour de l’animatrice Tiga.

Objectif ? Faire découvrir au grand public la diversité et la richesse du patrimoine viticole français : savoir-faire traditionnel à Bordeaux ; Climats de Bourgogne ; histoire et géographie en Champagne ; terroirs du Languedoc ; routes des vins de Provence ; patrimoine et culture en Côtes du Rhône ; histoire viticole de Paris. Chaque programme racontera un peu de notre histoire commune.

« 1 Minute 1 Vignoble » a fédéré 6 régions viticoles sur la base du volontariat des interprofessions participantes. Il a été conçu par le Studio Kabo et parrainé par Vin & Société. « Ce programme inédit a pour objectif de raconter aux téléspectateurs un peu de l’histoire du patrimoine viticole français et de leur donner l’envie de partir à la découverte des vignobles comme 10 millions de touristes l’ont déjà fait en 2016 » commente Joël Forgeau, Président de Vin & Société.

 

(source : communiqué de presse Vin et Société)

La route des vins : une série de reportages télévisés sur l’œnotourisme

télévision vin route des vins actu du vin

Sur vos petits écrans à partir du week-end prochain (si vous avez accès à la chaîne Voyage), La Route des Vins, une série de reportages mettant l’œnotourisme et le vin à l’honneur. Au programme, un voyage de 52 minutes par épisode dans un pays viticole. Le format « road trip » se veut sympathique et spontané s’adresse aussi bien aux amateurs qu’aux simples curieux. 

Le réalisateur Eric Michaud et l’animatrice Luna Sentz nous explique l’intérêt de ce programme :

« Ce qui me fascine, c’est que tous les viticulteurs sont fiers de leur vin. Ce rapport à la terre et au raisin, au travail d’une année est fascinant. Les gens sont exaltés par ce nectar, ça véhicule une passion : le vin est un moyen de communiquer fabuleux ! » raconte Eric Michaud,bordelais de naissance et réalisateur de la série.

Cette série s’intéresse à la découverte du vin dans son environnement, et pas uniquement au savoir-faire. L’accent est mis sur la découverte du vin comme partie prenante d’une culture locale. « L’œnotourisme tel qu’il est mis en place dans les pays du nouveau monde est magique. On parcourt les vignes en bateau, à dos d’éléphant, … Ca fait partie du décor du voyage. Même si on est pas un grand amateur de vin, on découvre le vin autrement. »

9701_449310961792691_681857231_n

396370_292007470856375_1188652217_n

« Je vis le tournage de chaque épisode comme une expérience humaine et sensuelle » raconte Luna Sentz, animatrice d’une partie des épisodes (l’acteur François Montagut anime les autres). « On ne peut pas parler vraiment de reportage, car rien n’est écrit ou préparé à l’avance, il y a beaucoup de spontanéité. » Effectivement, à la manière d’une Julie Andrieu dans Fourchette et sac à dos, les animateurs s’invitent chez les propriétaires, discutent librement avec eux de tout et de vin.

Entre deux discussion, il y a aussi quelques dégustations. Alors : quid de la loi Evin ? « On ne peut pas montrer d’étiquettes, (elles seront forcément floutées au final ndlr). Il faut parler de « terroir » et non de « château ». Dans le reportage sur la France, on ne peut pas dire sans arrêt « Château Cheval Blanc », on doit dire « terroir de Saint Emilion »… On fait vraiment attention, on mets le moins de dégustation possible à l’image et on accompagne chaque diffusion de mention légales comme « à consommer avec modération ». C’est vrai que c’est un peu délicat » explique le réalisateur Eric Michaud.

61394_449313151792472_493170516_n

308885_438708152852972_2512314_n

Argentine 10bd

Le premier épisode sera diffusé dimanche à 21h40 sur la chaîne Voyage. Destination : la France avec notamment des étapes à Château Cheval Blanc et au Château d’Yquem. Les épisodes suivant auront pour thème (dans l’ordre) : l’Argentine, l’Italie, le Chili, les USA, l’Inde, le Canada, la Thaïlande, l’Autralie et enfin la Nouvelle-Zélande. La bande annonce à voir ici :

Si (comme moi) vous n’avez pas accès à la chaîne Voyage, mais que vous êtes curieux de voir ces vignobles du bout du monde vous pourrez toujours avoir un aperçu de ces formidables voyages grâce à la page Facebook de la série

Sans droit de cité à la télé, le vin se répand sur grand écran

« On ne peut pas boire d’alcool à la télévision », aujourd’hui encore, dans la Revue du Vin de France (n°546) Françoise Laborde, membre du CSA l’affirme. Un peu plus loin, elle concède que « le CSA dispose d’une liste des bons usages de ce qui est toléré à l’antenne, comme au moment des foires au vins ou du beaujolais nouveau. Même chose au cinéma ». En vérité. Au cinéma, cela ne pose aucun problème.

Le vin passe complètement inaperçu quand il est présent pour des scènes de repas familiaux ou de rencontres entres amis. Je ne vais pas faire ici un inventaire des films ayant pour objet le vin (comme Mondovino) ou ceux où la vigne est au cœur de l’intrigue (Sideways, Une grande année), mais vous en présenter deux.

Sorti cette semaine, Les petits mouchoirs de Guillaume Canet (avec Marion Cotillard, François Cluzet) met en scène un groupe d’amis parti en vacances au Cap Ferret. Disputes, retrouvailles, parties de pèche, sorties en bateau, tout se termine ou commence systématiquement un verre de vin à la main (une fois seulement, un des personnages boit un demi de bière). Le vin y est vraiment très présent, comme un élément indissociable des soirées entre amis et des vacances.

A voir dès la semaine prochaine (sortie le 3 novembre), La princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier (avec Mélanie Thierry, Lambert Wilson et Gaspard Ulliel) raconte l’histoire des amours contrariées d’une jeune princesse au 16e siècle. Tiré d’une nouvelle de Madame de Et là aussi, le vin est présent. Moins omniprésent, mais bien visible. Parce qu’une grande partie de l’intrigue se joue en Anjou. Et que le poids économique de ce vignoble entre en compte dans les transactions comme les accords de mariage.

Et après une séance de cinéma, vous pouvez aller boire un verre au Bistrot des cinéastes !