Vendanges 2016 : le gamay, caviar du Beaujolais pour Thibault Liger Belair

Regard gourmand et oeil qui pétille, Thibault Liger Belair inspecte les dernières caisses de gamay qui viennent d’être vendangées : « c’est du caviar non? ». Les grappes sont petites, compactes et dans un état sanitaire impeccable. Au domaine des Roches Roses comme dans beaucoup d’autres domaines du Beaujolais, la récolte sera maigre mais très qualitative. Rencontre sur ses terres vallonnées de Moulin à Vent avec Thibault Liger Belair, vigneron à Nuits Saint Georges et en Beaujolais 

capture-decran-2016-09-25-a-17-49-34 capture-decran-2016-09-25-a-17-49-48

En ce dimanche ensoleillé, une petite équipe s’affaire à la réception de la vendange. Le procédé est le même à Moulin à Vent qu’à Nuits Saint Georges. Les raisins arrivent en caisses, pour ne pas écraser la récolte. Il y a peu de travail cette année à la table de tri, la qualité des raisins est impeccable. Un résultat qui n’était pas évident vu les conditions climatiques chaotiques du millésime : « le millésime 2016 n’est pas un millésime facile. C’est un millésime difficile à plusieurs niveaux.

Au niveau phytosanitaire, on a eu une campagne compliquée avec un printemps très humide qui a nécessité beaucoup de traitements. Ce contexte nous a demandé une veille constante et précise. » Le domaine des Roches Roses est entièrement en culture biologique, même si vous ne trouverez pas de logo sur les étiquettes. « On a un avantage à Moulin à Vent par rapport à la Bourgogne : les sols sont sableux donc plus drainants. L’humidité latente est moins importante. S’il tombe 20 mm de pluie, ici on peut passer en tracteur le lendemain, contrairement à Nuits Saint Georges. »

De la fraicheur et un très bel équilibre 

La pluie donc, mais surtout la grêle. Elle est tombée ici le 25 juin : « une heure de grêle avec des grêlons qui faisaient à peu près 3cm de diamètre et qui a tout ravagé et mot est faible : sur les 14 hectares que compte le domaine, il y en a 7 que l’on n’a même pas vendangé. Ce que l’on retient du millésime 2016, si on veut voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, c’est un très beau millésime. » Si la quantité ne sera évidemment pas au rendez vous, c’est un millésime d’une grande qualité qui se profile néanmoins.

« Les raisins sont très mûrs, on est dans des potentiels alcooliques dans ce que l’on a récolté cette semaine autour de 13,5° et 14° ce qui est magnifique. Et surtout il y a un goût, il y a une odeur. On met les raisins en cuve, et ça sent le cassis, la framboise. On a déjà ces arômes là avant même la fermentation des raisins. Il y a donc de la fraicheur et un très bel équilibre des acides. »

« On a eu un stress hydrique assez important et aussi beaucoup de chaleur avec des effets un peu caniculaires, des effets d’échaudage sur les vignes. On a quand même cumulé pas mal de problèmes mais au final le peu de récolte que l’on a devrait être de grande qualité. On va faire en moyenne 20% de ce que l’on a l’habitude de produire sur le domaine qui produit déjà très peu puisque nous avons de très vieilles vignes (peu productives). On n’a pas rempli beaucoup de cuves mais ça devrait être joli. »

capture-decran-2016-09-25-a-17-50-12capture-decran-2016-09-25-a-17-50-59capture-decran-2016-09-25-a-17-50-41

Thibault Liger Belair n’est pas arrivé par hasard à Moulin à Vent. Ayant fait son BTS au lycée viticole de Belleville, il a un lien particulier avec ce cru du Beaujolais: Moulin à Vent a a été un peu une révélation pour moi. Je venais de finir mes études à Belleville, au lycée viticole où je faisais mon BTS . Je louais une maison dans les vignes à peu près à 5km d’ici et tous les matins j’ouvrais mes volets sur cette vue. Et j’ai un principe qui est que si la vue est belle, en général les vins qui sont produits doivent être aussi des jolis vins. » En 2001 il crée le domaine Thibault Liger Belair à Nuits Saint Georges mais ne tarde pas à revenir arpenter les vignes de Moulin à vent.

« J’ai acheté des vignes petit à petit. Je n’ai pas acheté un domaine en tant que tel, j’ai acheté des parcelles une par une. Le domaine a commencé en 2008 avec un premier millésime en 2009 sur une surface de 3,5 ha. Pour les 3,5 premiers hectares, j’ai signé huit actes de vente ! Il y avait vraiment un objectif qui était de choisir des parcelles bien spécifiques sur des endroits précis. Pendant deux ans, avant de m’installer, je venais régulièrement pour marcher dans les vignes de Moulin à Vent et essayer de comprendre les différences de sols.

capture-decran-2016-09-25-a-17-50-30capture-decran-2016-09-25-a-17-51-07

Des roches qui ressemblent à du lard

« Je ne comprenais pas la différence qu’il y avait entre la qualité des sols que je pouvais voir et la qualité des vins. Il y avait quelque chose d’un peu antinomique. Et j’ai eu l’occasion de goûter des très vieux Moulin à vent, souvent à l’aveugle. Je pensais boire des grands crus bourguignons type Échezeaux ou Musigny des années 1940′ – 1950′. Même de grands dégustateurs se trompaient fréquemment. Je me suis dit qu’il y avait vraiment quelque chose à faire dans cette appellation ! C’est pour cela qu’en 2008, j’ai commencé à chercher des vignes, spécifiquement sur Moulin à Vent. »

La qualité de ces sols vient principalement du sous sol. « Sur les 600 hectares de l’appellation Moulin à Vent, on a huit à dix sols différents. Il y a des granits roses, des granits blancs, des manganèses, des zones plus argilo-calcaires au sud de l’appellation. Le terroir de Moulin à Vent ce sont vraiment ces roches granitiques qui sont intéressantes et qui ressemblent un peu à du lard. Il y a des roches plus roses qui sont très ferreuses. Le terroir des crus du Beaujolais en fait c’est une avancée du Massif Central. Les volcans d’Auvergne ont avancé et ont fait une multitude de petites collines. On retrouve ces roches qui étaient métamorphiques donc sédimentées qui ont fusionné avec la chaleur volcanique. On a des roches de type ferreux, mais aussi des quartz, avec un veinage un peu rose. Mais il y a aussi des roches qui sont plus bleues, qui sont des roches composées d’aluminium et de manganèse. On retrouve ces types de roches vers Morgon. En résumé les roches de Moulin à Vent sont des roches roses, blanches et bleues. »

capture-decran-2016-09-25-a-17-51-27capture-decran-2016-10-04-a-20-18-46

« Moulin à Vent, je trouvais que c’était une appellation particulièrement intéressante en terme de positionnement parce qu’elle est  au nord. On est à une heure de Nuits Saint Georges donc c’est assez facile. Et on dit souvent des vins de Moulin à vent que ce sont des vins qui « pinotent »*. Ce sont les vins les plus denses, les plus riches, qui nécessitent un élevage et qui demandent à être gardés. Tout cela m’intéressait parce qu’il y avait un lien entre ces vins de Moulin à Vent et les vins que je peux produire à Nuits Saint George. C’est pour cela que j’ai voulu positionner le domaine à Moulin à Vent et aujourd’hui le domaine fait 14 hectares. » Mais l’histoire ne s’arrête pas là, Thibault Liger Belair a un autre projet qui lui tient à coeur et qu’il réalisera également dans le Beaujolais.

*on dit que parfois certains vins issus de cépages autres que le pinot noir (comme ici les Moulin à Vent réalisés à partir du cépage gamay) ont des caractéristiques communes avec ceux issus de pinot noir, ils « pinotent »

Pour plus d’infos rendez vous sur http://thibaultligerbelair.com/

Voir également cette vidéo réalisée en 2014 par Guillaume Bodin :

Ma semaine en images ! #1

Chassagne vigne ©Marthe Henry - L'actu du vin

J’instaure une nouvelle rubrique sur ce blog pour ceux qui ne me suivent pas sur Facebook ou Instagram et aussi pour garder une trace des choses que j’apprends au fil de ma formation, des découvertes que je fais et des belles bouteilles qui croisent mon chemin. Au programme cette semaine, des outils, des fléaux, deux belles bouteilles et une fête œnotouristique incontournable …Bêche trous vigne ©Marthe Henry - L'actu du vinOn commence à voir des ébauches de grappes dans les vignes. Il est temps de faire les derniers repiquages : remplacer les pieds morts arrachés pendant l’hiver par des greffes (je reviendrai très prochainement sur ces greffes dans un article consacré à la pépinière Colin à Sainte Marie la Blanche que j’ai eu la chance de visiter). Tous les ans il faut procéder à ces remplacements. Pousse de vigne ©Marthe Henry - L'actu du vinGel vigne ©Marthe Henry - L'actu du vinNoctuelle vigne ©Marthe Henry - L'actu du vinLe week-end de Pâques, la vigne a souffert de quelques gelées matinales. On peut constater dans les vignes que certains bourgeons ou jeunes pousses ont été touchés … Autre fléau pour les jeunes pousses, les « mange-bourgeons », des sortes de chenilles qui comme leur nom l’indiquent, mangent les bourgeons ! Ici une « noctuelle », qui n’est active que la nuit et passe la journée recroquevillée sur elle même.
Plantation sécheresse ©Marthe Henry - L'actu du vin
Fiche cul plantation vigne ©Marthe Henry - L'actu du vin

L’outil de la semaine : le « fiche-cul » (l’outil vert ci dessus) ! J’ignore s’il porte ce nom dans toutes les régions, et j’ignore surtout la provenance de ce nom. Il est néanmoins bien utile pour la plantation des greffes surtout lorsque le terrain est très sec. Il permet de faire un trou suffisamment profond et large pour y déposer la greffe. Il faut ensuite recouvrir les racines de la greffe avec de la terre fine pour éviter tout contact avec l’air. On peut également arroser légèrement les greffes. 

Meursault Charmes 1976 ©Marthe Henry - L'actu du vinVincent Carême Vouvray ©Marthe Henry - L'actu du vin

Deux bouteilles ont marqué ma semaine. Tout d’abord un improbable Meursault Charmes 1976 de mon grand père étonnamment frais et encore très vif alors que 1976 a été une année caniculaire un peu comme 2003 (enfin c’est ce qui se dit, moi je n’étais pas encore née!). Et cette découverte : la cuvée l’Ancestrale du domaine Vincent Carême. Un Vouvray pétillant légèrement acidulé aux arômes de pommes granny parfait pour ouvrir l’appétit ou pour profiter des premières soirées ensoleillées. 
Fête des Crus Beaujolais 2014 ©Marthe Henry - L'actu du vin

Direction le Beaujolais pour un rendez vous annuel incontournable : la Fête des Crus du Beaujolais (souvenez vous je vous en ai déjà parlé l’année dernière et il y a deux ans). Cette année le thème de la fête était la danse et le cru mis à l’honneur Moulin-à-Vent. Accompagnée de Mélanie Tarlant, flanquée de notre guide particulière Miss Vicky Wine, nous avons dégusté d’excellent gamays, flâné dans les vignes et goûté à la gastronomie locale (ci dessous un cochon grillé particulièrement appétissant et la plus grosse poêle d’œuf en meurette que j’ai vue de toute ma vie…). Bonne semaine à vous !
Capture d’écran 2014-04-28 à 23.21.23Fête des Crus Beaujolais 2014 ©Marthe Henry - L'actu du vinMiss Vicky Wine Fête des Crus Beaujolais 2014 ©Marthe Henry - L'actu du vinMélanie Tarlant Miss Vicky Wine Fête des Crus Beaujolais  Fête des Crus Beaujolais 2014 ©Marthe Henry - L'actu du vin Oeuf en meurette Fête des Crus Beaujolais 2014 ©Marthe Henry - L'actu du vin