Vendanges 2014 : un millésime prometteur en Bourgogne

Grêle, été maussade, pourriture acide … on attendait la récolte 2014 avec une certaine inquiétude en Bourgogne. Maintenant que les vendanges sont finies, premier bilan de Puligny-Montrachet à Nuits Saint Georges de ce millésime qui s’annonce finalement très prometteur. 

Petit pincement au coeur ce samedi après midi pour Nicolas Faure, c’est la première fois qu’il vendange la vigne qu’il vient d’acquérir, lui le jeune néo vigneron, bourguignon d’adoption. Une première fois qui a failli être ternie par un phénomène nouveau en Bourgogne et particulièrement préoccupant en Côte de Nuit : une pourriture acide qui donne au raisin un goût de vinaigre. Elle est transmise par un insecte.

« Le fameux drosophile Suzuki… tous les vignerons avaient ce mot là sur les lèvres en septembre! C’est un moucheron qui vient piquer, altérer la baie de raisin et qui favorise le développement de la pourriture acide » explique le jeune vigneron. Cette pourriture, contrairement au botrytis par exemple ne présente que des inconvénients pour la qualité du futur vin. « J’en ai eu un peu, mais je suis passé dans mes vignes de Nuits Saint Georges deux semaine avant vendanges, j’ai enlevé toutes les grappes touchées pour que ça n’impacte pas la vendange. Il restait encore quelques foyers mais les vendangeurs les ont très bien triés donc je suis assez satisfait du résultat . On verra ce que cela va donner en cuve mais pour le moment je suis agréablement surpris ».

Vendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vinVendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vin

Une stratégie préventive payante également au domaine de Chassorney à Saint Romain : « nous trions tous les raisins sur pied. On part du principe que toute grappe pourrie contamine directement tous les raisins qui sont dans la caisse, donc le tri se fait directement à la vigne. On encuve ensuite directement en vendange entière dans nos cuves bois tronconiques.

On est très satisfaits, les analyses sortent et il y a de très beau degrés alcoliques naturels, de très bons pH, de belles acidités totales. On rentre de la belle vendange, ça fermente bien sans dépasser 22-23 degrés. Il n’y a pas besoin d’avoir beaucoup d’action physique sur les raisin, les couleurs sortent très bien. C’est un millésime qui est facile à vinifier et c’est ce qui fait les grands millésimes. On a le profil d’un beau millésime qui ressemble un peu à 2010 je trouve. Après des millésime comme 2012 et 2013, cela fait du bien … »

Vendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vinVendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vin

Malgré la grêle du 28 juin qui a ravagé le domaine en grande partie (quasiment 50%), on est très content du résultat au domaine Rougeot à Meursault. « On a eu de grosses surprises à la vendange ! Les raisins étaient magnifiques. Même les raisins grêlés sont tombés et ne nous ont pas gêné durant la récolte. Elle est arrivée en très bon état sanitaire à la cuverie. Pour l’instant on a un très bon a priori pour ce millésime …

Les moûts (jus de raisin en fermentation) sont très équilibrés, avec de belles acidités tartriques quelle que soit la couleur des raisin, et qu’ils aient été impacté pat la grêle ou non, ce qui est surprenant. Les parcelles atteintes par la grêle ont des taux de sucre un peu plus bas. Hormis une petite chaptalisation sur ce qui a été grêlé, où il manque aux alentours de 0,5 degré, on ne va toucher absolument à rien que ce soit pour les acidités ou les sucres »

Vendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vinVendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vin

Cette qualité de récolte était plutôt inespérée après une campagne 2014 en dents de scie. « En juillet et aout, on a vraiment eu une mauvaise météo. » explique Jean Michel Chartron du domaine Chartron à Puligny Montrachet. « Mais on est vraiment bénis des dieux parce que du 15 aout au 11 septembre, date à laquelle on a commencé à vendanger, on a eu un temps radieux, avec un vent du nord qui a permis de sécher les raisins, ce qui a empêché le développement d’une certaine forme de pourriture et a concentré le jus des raisins. On arrive maintenant à des moûts parfaitement équilibrés, avec pas mal de sucres donc de très jolis alcools potentiels, pas mal d’acidités…

Analytiquement, on a tout ce qu’il faut pour réussir un grand millésime. Le seul problème c’est que ce vent du nord, en séchant et en concentrant les raisins a fait baissé leur volume de jus. On a donc des rendements moins importants que ceux auxquels on s’attendait. Il y avait une belle sortie de raisin, avec pas mal de grappe, mais peu de jus. D’habitude pour faire un fût (tonneau bourguignon de 228 litre de contenance), on estime qu’il faut 310 à 320 kg de raisins. Cette année il fallait compter aux alentours de 350kg, cela fait quand même une différence de 10% ».

Vendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vinVendanges Bourgogne 2014 - Copyright Marthe Henry / L'actu du vin

2014 s’annonce donc comme une bonne surprise autant pour les blancs que pour les rouges. Avec pour seul bémol des rendements assez faibles, surtout pour les blancs, grevé bien évidemment par la grêle du 28 juin dans les appellations de Beaune, Pommard, Volnay et Meursault notamment. « C’est très bon, mais il n’y a pas beaucoup de jus », voilà ce qui se disait autour des pressoirs… Pas beaucoup de jus, mais toujours plus qu’en 2012 et 2013, à en croire par la pénurie de fûts d’un ou deux vins constatées chez certains vignerons au moment d’entonner leurs vins !

Pour en savoir plus :

– Domaine Nicolas Faure, 6 r Gabriel Bachot 21700 Meuilley

Domaine de Chassorney, Fréderic Cossard, 21190 Saint Romain 

Domaine Rougeot, 6 Rue André Ropiteau, 21190 Meursault

Domaine Jean Chartron, Grande rue, 21190 Puligny Montrachet 

 

A voir aussi : 

Clichés sur les vendanges 2013 en Côte d’Or

Fête des vendanges : visite guidée des vignes de Montmartre

20 clichés sur les vendanges

 

 

Publicités

L’agenda de la semaine : Emmanuel Giboulot face à la justice, VINISUD in et off et Millésime consacré aux fraudes

  • Emmanuel Giboulot Emmanuel Giboulot convoqué au tribunal correctionnel de Dijon

Ce viticulteur de Côte d’Or encourt jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. La justice lui reproche  d’avoir délibérément refusé d’appliquer un arrêté préfectoral au printemps 2013 obligeant les viticulteurs à traiter leurs vignes en prévention d’une maladie : la flavescence dorée. Ce vigneron en biodynamie fait valoir la protection de l’environnement pour expliquer sa position.

Voir la vidéo ici : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/52962a0d06361d1cae7aba1d/07396456322d4a5dbba02473c490fc15?wmode=transparent&autoplay=1

Plus de 250 000 personnes ont déjà signé une pétition de soutien à ce vigneron beaunois. Une page Facebook de mobilisation rassemble également plusieurs milliers de personnes. Un picnic de soutien est organisé devant le tribunal, lundi midi.

  • Vinisud 2014
  • Cette semaine, vous n’échapperez pas à VINISUD.

Vinisud, c’est le salon des vins méditerranéens, de France bien sûr (Languedoc, Roussillon, Provence, Vallée du Rhône, Sud Ouest, Corse) mais pas seulement. Italie, Espagne, Portugal, Tunisie, Maroc, Algérie, Grèce, Israël, Liban, Chypre, Malte, Turquie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Bulgarie, Slovénie, Macédoine… Ce sont les vins de toute la Méditerranée (1700 exposants) qui seront présents à Montpellier pour ces 3 jours de salon professionnel.

Objectif de Vinisud cette année est de montrer que face à une production mondiale toujours plus standardisée, les vignobles méditerranéens multiplient les initiatives pour se démarquer tout en valorisant leur production : réintroduction de cépages ancestraux, renaissance de terroirs historiques et du patrimoine viticole…

Du 24 au 26 février. Plus d’infos sur le site internet de Vinisud, le blog, la page Facebook et le compte Twitter  !

Vignerons hors piste

  • En « off » de VINISUD, la dégustation des « Vignerons Hors Pistes »

Salon d’une vingtaine de vignerons de toute la France qui se tiendra le 25 février en marge de Vinisud. Comme l’annonce leur page Facebook Les vignerons « Hors-Piste » ne sont ni inconscients, ni avides de risques inconsidérés mais veulent en toute liberté élaborer des vins de plaisir, basés sur la pureté du terroir, l’identité des cépages, le respect de l’environnement en ayant le souci de la santé du consommateur.

Millésime Muriel Bessard

  • Dimanche 2 mars, ne ratez pas « Millésime » consacré aux fraudes dans le monde du vin 

Petits vins maquillés en grands crus, étiquettes posées sur les mauvaises bouteilles, des taux d’alcool obtenus en trichant avec la nature : ce numéro de l’émission de Muriel Bessard est consacrée aux fraudes, tromperies, et falsifications en tous genres sur le vin… Cette émission diffusée sur France 3 Bourgogne est également accessible en streaming sur le site internet 

Au sommaire :

– retour avec Laurent Ponsot sur le procès de Rudy Kurniawan, un Américain d’origine asiatique, accusé d’avoir fabriqué et vendu des milliers de fausses bouteilles jugé aux Etats Unis fin 2013.

– reportage sur le rôle de la douane et de la répression des fraudes dans le monde du vin

– découverte d’un laboratoire bordelais qui utilise des techniques étonnantes pour vérifier l’authenticité de bouteilles

BONNE SEMAINE À TOUS !

Les vieux millésimes à l’honneur à la Fête des Crus du Beaujolais

Capture d’écran 2013-05-07 à 10.15.23

Chaque année, le Beaujolais fête ses Crus, ces villages tels que Fleurie, Morgon, Saint Amour où sont produits les vins de prestige. Le temps hivernal n’ayant pas entamé la bonne humeur des amoureux du gamay, c’est à Odenas que s’est déroulée l’édition 2013 de cette manifestation populaire. Pour l’occasion, une dégustation exceptionnelle de vieux millésimes s’est déroulée dans la cave du Château de la Chaize.

« On a tendance à dire que le Beaujolais est un vin qui se boit jeune, et on fait souvent référence au Beaujolais primeur. C’est pour ça que nous avons choisi de faire découvrir des vins de garde et de montrer comment ces crus vieillissent, vous allez être surpris ! » s’enthousiasme Lydie Nesme, vinicultrice au Château de Pierreux. Des vins âgés de 10 à 25 ans étaient proposés à la dégustation.

« Sur ces vieux gamay, on peut trouver des arômes de fleurs, comme l’iris, la pivoine, ou bien la cerise, le kirsh, même si chaque domaine et chaque millésime a des caractère particuliers. La robe n’est pas noire, elle est d’une couleur pelure d’oignon. Mais en terme d’élégance, de finesse et de palette aromatique, on peut vraiment se faire plaisir avec ces vieux millésimes. »

On ne le dira jamais assez, le Beaujolais n’est pas un vin réservé au troisième jeudi de novembre …

Capture d’écran 2013-05-07 à 10.15.11  Capture d’écran 2013-05-07 à 10.14.36 Capture d’écran 2013-05-07 à 10.13.30 Capture d’écran 2013-05-07 à 10.13.12 Capture d’écran 2013-05-07 à 10.12.40

Voir également :

Et un GRAND merci spécial à Anne Victoire pour l’organisation, la bonne humeur et le merveilleux Fleurie de Vicky 🙂 Parce que malgré les éléments déchainés, elle a mis du soleil dans ce week-end !

839531e2af1211e29b7022000a1fbd93_739190fc2afed11e2933022000aa8032d_77159b7eeafe111e2914122000a9f1439_73ad13320af1211e2a8af22000a9f133c_7

Primeurs 2011 : le CIVB s’attend à une baisse des prix et qualifie ce millésime de « normal »

La tension monte pour les grands châteaux du Bordelais à moins d’un mois maintenant de la campagne des primeurs du millésime 2011. Après des millésimes 2009 et 2010 exceptionnels, le millésime 2011 plus « normal » (comme 2006 et 2008) arrivera t-il a trouver preneur ? 

Georges Haushalter, président de l’interprofession des vins de Bordeaux (CIVB) s’inquiète de la conjecture économique et s’attend à une baisse des prix probable. Il revient également en détail sur les caractéristiques de ce millésime 2011.

La semaine des primeurs commencera le 2 avril à Bordeaux. Ce système de vente controversé qui remonte au 18e siècle permet de commercialiser des vins dont l’élevage vient de commencer. Ils ne sont donc pas encore disponible physiquement à la vente et ne le seront que 18 à 24 mois plus tard.

Le succès de cette campagne des primeurs est traditionnellement liée à deux facteurs : la qualité du millésime d’une part, et l’environnement économique mondial d’autre part.

 

Pour en savoir plus, lire également :

Primeurs, la campagne risquée du millésime 2011 se prépare dans Sud Ouest