Terres et vins de Champagne fête ses 10 ans en fanfare

Terre et Vins de Champagne a 10 ans ! Cet anniversaire a été fêté en fanfare à l’Assiette Champenoise, établissement triplement étoilé de Arnaud Lallement. 

Terres et Vins, c’est un regroupement de vignerons de Champagne pionniers. Depuis 10 ans, ils ont choisi de mettre en avant la manière dont ils font s’exprimer leurs terroirs à travers leurs vins. Une application particulière aux vignes et en cave au service du terroir et du vin et une envie de partager leur engagement dans une convivialité communicative. Pour tout savoir sur Terre et Vins, cliquez ici.

Cette association compte 23 membres : Pascal Agrapart, Françoise Bedel, Raphaël et Vincent Bérèche, Delphine Richard-Boulard, Emmanuel Brochel, Alexandre Chartogne,  Vincent Couche, Pascal Doquet, Jean Baptiste Geoffroy, Etienne Goutorbe, Olivier Horiot, Cyril Jeaunaux, Benoît Lahaye, Aurélien Laherte, Vincent Laval, David Léclapart, Marie-Noëlle Ledru, Dominique Moreau, Franck Pascal, Olivier Paulet, Fabrice Pouillon, Aurélien Suenen, Benoît et Mélanie Tarlant ( ❤ )

Pour arroser cet anniversaire, le millésime 2008 était logiquement à l’honneur pour le plus grand plaisir des convives. En vedette également la journaliste Caroline Henry qui a reçu à cette occasion le prix Terres et Vins, remis pour la première fois à une femme. Ce prix récompense chaque année depuis 10 ans une personnalité qui oeuvre à la renommée des champagne et à leur meilleure appréhension en tant que vins de terroirs. Arnaud Lallement, notre hôte du soir était notamment le lauréat de ce prix en 2017.

Connue également sous le nom de Miss In Wine, Caroline Henry est la plus champenoise des Belges. Installée depuis 2011 à Hauvilliers, elle écrit depuis une dizaine d’année des articles sur la Champagne et ses vignerons et a publié un livre « Terroir Champagne » uniquement dédié aux producteurs qui travaillent dans le respect de l’environnement et avec une approche la plus naturelle possible.

Le lendemain de cette soirée événement avait lieu la traditionnelle dégustation des vins clairs qui se tenait au Palais du Tau à Reims, ancienne demeure des évêques et archevêques qui jouxte la magnifique cathédrale où furent sacrés les rois de France. Un sacré écrin pour une dégustation où les vins clairs sont à l’honneur. Chaque vigneron fait ainsi découvrir ses vins du dernier millésime, encore en élevage, et surtout avant qu’il ne comporte des bulles. Chardonnay, pinot noir, pinot meunier, âge des vignes, type de sol : un exercice passionnant qui permet de rendre compte au mieux des terroirs et des méthodes de vinification de chacun.

À la dégustation des vins clairs millésime 2017 succède la dégustation des champagnes tels qu’ils sont actuellement commercialisés. On retrouve alors les caractéristiques dégustées précédemment dans les vins clairs. « C’est le vin de base qui fait la qualité de la bulle » selon Raphaël Bérèche. Ses vins sont élevés sur lies en fûts pendant longtemps (le premier soutirage a lieu en avril), « les jus sont donc plus riches ce qui permet à la bulle d’être plus posée ».

Autour de l’initiative de Terres et Vins plusieurs autres manifestations se sont développées au fil du temps ce qui donne maintenant lieu à plusieurs jours de dégustation regroupées sous l’appellation « Printemps des Champagne » et qui sont principalement réservées aux professionnels. Merci à Raphaël Berèche et Marie Horiot pour toutes leurs sympathiques explications qui m’ont donné envie d’en savoir bien plus sur le champagne… Et puis un MERCI géant à Mélanie et Benoît Tarlant pour cette expérience inoubliable !

Mes vacances #4 : Une bouteille à la mer

Bouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vin

Pour clore en beauté cette série d’articles sur les vacances, changement de décor ! Après Chablis, Beaune et Autun, cap au Sud. Passée la très jolie gare SNCF de Tain l’Hermitage et son magnifique panorama (ci dessus) sur le vignoble, direction le bord de mer. 48h de dépaysement en autarcie totale. 48h pour buller et plonger dans le dernier livre de Jean Robert Pitte : La bouteille de vin, histoire d’une révolution. 

Bouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vin

Entre les pins et les lauriers en fleurs, avec en bruit de fond les clapotis de la mer et les jeux des enfants, plongeons donc dans ce livre. Cette somme même. Car c’est un récit hyper détaillé et très documenté que nous propose Jean-Robert Pitte.  Il faut dire que Jean Robert Pitte, ex-président de la Sorbonne, est à la fois membre de l’Institut, président de la Société de géographie et président de l’Académie du vin de France. C’est notamment lui qui a orchestré l’hiver dernier le colloque « Pourquoi aimer le vin »

L’amour, voila un des premiers thèmes abordé dans le livre. Vous connaissez sans doute ce fameux mot de Musset : « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. »  Et bien le premier choc du livre de Jean-Robert Pitte, est de découvrir qu’en fait, Musset ne parlait pas de boisson mais d’amour et que la phrase qui précède cette citation (mais qui est bien moins connue, allez savoir pourquoi) est : « Aimer est le grand point qu’importe la maitresse ». 

Tout ce que je savais de l’histoire de la bouteille remontait à cette exposition sur la cave de Joséphine au Château de Rueil-Malmaison. La deuxième claque de ce livre est de se rendre compte que comme pour le champagne, nous devons une fois de plus remercier les Anglais. Ce sont eux qui, au 17e siècle, ont vraiment mis au point les premières bouteilles de vin et eux encore qui sont allé au Portugal trouver un système de bouchage adapté.

Si vous êtes passionné de vin ou féru d’histoire, ce livre est pour vous ! Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, tous les contenants sont passés en revue (même les plus insolites) et resitués dans leurs contextes historiques grâce à des citations littéraires. La lecture est fluide et même si le livre est assez imposant (310 pages quand même) il se lit comme un roman. 

Bouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vin

Pour agrémenter ces deux jours de lecture au soleil, j’ai eu le plaisir de déguster un vieux Meursault de Pierre Boillot dont le millésime avait malheureusement disparu et un tout nouveau champagne, le champagne Brimoncourt. Cette cuvée brut « Régence » aux notes crémeuses est surtout composée de chardonnay, avec juste ce qu’il faut de vivacité et de fruité pour donner envie d’en prendre un deuxième verre en regardant le soleil se coucher… 

Bouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vin

Bouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vinBouteille à la mer - Copyright Marthe Henry L'actu du vin

Jean Robert Pitte - Marthe Henry L'actu du vinPour en savoir plus sur l’histoire de la bouteille de vin vous pouvez lire cet article de l’Avis du Vin – Le Figaro ou voir l’interview vidéo de Jean Robert Pitte ci-dessus . 

bouteille-vin-histoire-dune-revolution-L-ZJQKdo

La Bouteille de vin – Histoire d’une révolution

Auteur: Jean-Robert Pitte
Editeur: Tallandier 
Prix: 26,80€

Merci à Laurent pour son hospitalité et à François pour cette pétillante découverte !

Retrouvez plus d’articles de livres sur le vin que j’ai aimé

Mes vacances en Bourgogne #2 : une journée à Beaune

Journée à Beaune - Copyright Marthe Henry

Les montgolfières au dessus des vignes, cela signifie vraiment qu’une belle journée d’été va commencer (ou se termine). On les entend glisser. On court à la fenêtre voir d’où elles arrivent, si elles vont passer près de la maison, comme quand on avait 8 ans. La plupart d’entre elles survolent toute la Côte de Nuits et la Côte de Beaune, le spectacle doit être à couper le souffle. Pour l’instant je n’ai jamais eu la chance de monter dans l’une d’entre elles, alors je me régale des photos prises par mon copain Aurélien
Journée à Beaune - Copyright Marthe HenryJournée à Beaune - Copyright Marthe HenryLe samedi à Beaune, c’est jour de marché. Le plus joli marché de la région, qui s’étale aux pieds de l’Hotel-Dieu et sous la Halle qui accueille le troisième dimanche de novembre la fameuse Vente des Vins des Hospices de Beaune. Outre les fruits et légumes de saisons, les plantes vivaces et les incontournables saucissons, il y a un stand incontournable : celui de la fromagerie Hess (situé sous la Halle justement). Époisse au lait cru, Brillat Savarin plus que crémeux, Trou du Cru, Délice de Pommard … tout est vraiment délicieux. Les jours de marché, certains fromages sont en promotion : difficile de résister !

Journée à Beaune - Copyright Marthe HenryJournée à Beaune - Copyright Marthe HenryJournée à Beaune - Copyright Marthe Henry

En rentrant, passer à proximité du Parc de la Bouzaize et se dire qu’il faudra vraiment venir se promener un jour dans cette petite oasis de fraicheur en plein cœur de Beaune. Fraicheur également en cave où je file ensuite en cave trouver un flacon digne de ce nom. Ici un Meursault Village 1978 de mon grand père, Pierre Boillot, qui sera parfait sur les fromages achetés au marché. Car oui, avec le fromage, même et surtout celui qui est sent très fort, on déguste un vin blanc. Même Jacques, Emmanuel, et Nicolas le disent ! (sûrement d’autres aussi d’ailleurs, hein). Journée à Beaune - Copyright Marthe HenryCopyright - Marthe Henry L'actu du vinJournée à Beaune - Copyright Marthe HenryCopyright - Marthe Henry L'actu du vinAprès l’indispensable sieste (oui j’ai craqué je suis une fille et une blogueuse donc il fallait bien qu’à un moment ou à un autre je vous montre mon chat), petite balade entre Meursault et Beaune. Vous ne pouvez pas passer à Meursault sans aller admirer l’église de style gothique qui date du XVe siècle située à proximité de la mairie au toit en tuiles vernissées, immortalisée dans La Grande Vadrouille de Gérard Oury (il faudra que je revienne là dessus aussi quand même un jour).
Journée à Beaune - Copyright Marthe Henry Journée à Beaune - Copyright Marthe HenryCopyright - Marthe Henry L'actu du vinJournée à Beaune - Copyright Marthe Henry
Journée à Beaune - Copyright Marthe HenryJournée à Beaune - Copyright Marthe Henry

Étape indispensable des vacances à Beaune : l’Athenaeum. Située juste en face de l’Hotel-Dieu, cet immense espace est dédié au vin sous toutes ses formes. On y trouve des bouteilles évidemment, des accessoires de dégustation en tous  genres, mais surtout une impressionnante collection d’ouvrages et revues dédiés au vin. Manuels techniques, BD, guides d’achats, romans policiers, mangas … c’est bien simple on y trouve tout ! C’est, avec Chapitre 20 à Paris, un des endroits où les passionnés de vin peuvent trouver la meilleure sélection.
Journée à Beaune - Copyright Marthe Henry

Plongée donc (non pas dans cette magnifique piscine offerte par un ami bien intentionné) dans l’essai de Jacques Dupont : Invignez Vous! Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous le recommande. Pour moins de 10 euros, vous comprendrez mieux l’auto-dénigrement français de l’un de ses plus atout culturel et économique qu’est le vin. La loi Evin, les hygiénistes, le principe de précaution … le journaliste du Point pousse un vrai coup de gueule contre ceux qui stigmatisent la consommation de vin. Un pamphlet qui couche sur papier ce que beaucoup d’amateurs et de professionnels pensent de ces règles contraignantes et surtout parfois absurdes. Journée à Beaune - Copyright Marthe Henry

Pour finir la journée en beauté, quelques excellentes huîtres beaunoises. Je sais, ce n’est pas très locavore mais il y a deux excellents poissonniers à Beaune dont une Meilleur Ouvrier de France, alors parfois, je craque. Et pour l’occasion, une cuvée Célébris Extra Brut Rosé de chez Gosset, millésime 2007. Alors que je ne suis pas particulièrement fan du champagne rosé, je dois reconnaître que là j’ai vraiment été emballée ! La couleur rose très pale m’a d’ailleurs fait regarder l’étiquette à deux fois pour être sûre qu’il s’agissait bien de rosé. Journée à Beaune - Copyright Marthe Henry

En bonus, un extrait de la Grande Vadrouille et une interview de Jacques Dupont sur son livre Invignez Vous !

http://www.dailymotion.com/video/xzxmvv_jacques-dupont-invignez-vous_news

Vous aimerez aussi : 

Où boire un verre à Beaune ? 

Où Boire un verre à Meursault ?

Mes vacances en Bourgogne #1 : Une virée à Chablis

Les Champagnes de Vignerons se tournent vers les réseaux sociaux

Chaque année, les Champagnes de Vignerons présentent une sélection de 20 Vignerons à la presse. Cette année, ils ont également présenté un « ice tube » pour garder les bouteilles au frais, dont le décor a été en partie choisi via les réseaux sociaux. Le témoin d’une volonté de se tourner davantage vers ce mode de communication.

Plus de 5 000 vignerons sont regroupés sous la bannière des « Champagnes de Vignerons », une marque créée en 2001 pour leur « donner davantage de visibilité auprès du grand public » comme l’explique Sandra Cizeron, des Champagnes de Vignerons. Dans cette logique de communication grand public, les Champagnes de Vignerons ont décidé de se tourner vers les réseaux sociaux.

Un « ice tube » choisi grâce à Facebook

Les réseaux sociaux ont même pris une place active dans l’actualité des Champagnes de Vignerons. C’est en effet via les votes des internautes sur Facebook qu’a été choisi l’identité visuelle de l’ice tube proposé à la vente pour Noël. Une pré-sélection a ainsi été réalisée via la fanpage : 5 projets ont été sélectionnés et soumis au vote d’un jury.

« C’est un mode de communication à part entière qui n’est plus réservé à une partie de la population. De plus en plus de personne et notamment les amateurs de vin y ont recours,  pas forcément pour acheter, mais pour se renseigner sur le type de champagne qui pourrait leur correspondre. C’est pour ça qu’on a décidé d’être de plus en plus présents. Nous avons désormais un community manager qui anime nos comptes Facebook et Twitter au nom des Champagne de Vignerons et tous les mois nous mettons un vigneron en avant. C’est vraiment un canal de communication à part entière pour nous.  »

Pour en savoir plus sur les Champagnes de Vignerons, suivez les sur Facebook et Twitter.

Rentrée littéraire : Le Dom Pérignon Code de Benoist Simmat

C’est le petit plaisir de la rentrée : Benoist Simmat et Philippe Bercovici sortent une nouvelle BD-enquête sur le vin. Après Robert Parker et les 7 péchés capiteux, Les caves du CAC 40, Les 10 commandements du vin, ils ont décidé de s’intéresser à la Champagne.

Benoist Simmat, journaliste spécialisé dans l’économie du vin et écrivain nous parle de ce nouvel opus :

L’histoire tourne autour d’une vérité historique méconnue : c’est en fait un scientifique anglais, Christopher Merrett, qui a inventé le moyen de rendre le champagne effervescent au XVIIe siècle. « Cette histoire m’a semblée très intéressante et on en a profité pour bâtir un scénario sur l’opposition entre le personnage de Dom Pérignon et celui de Christopher Merrett » raconte Benoist Simmat.

Un anglais, à la base de l’invention du champagne : autour de ce fait historique, la Bande Dessinée est construite comme une enquête. On découvre au fil des pages les rouages de l’économie champenoise, avec une bonne dose d’humour. « Le carburant de la BD, c’est l’humour, mais il y a aussi beaucoup de considérations historiques, qui remettent un peu les choses dans l’ordre. A part la trame du récit, tout est vrai, les faits sont historiques. »

« Si on s’intéresse aujourd’hui à la Champagne, c’est parce que le champagne est le plus gros contributeur au bénéfice du commerce extérieur français . Il représente entre 2,5 et 3 milliards d’euros de vente chaque année. Et c’est aussi le reflet de l’image de marque « France », c’est la quintessence du luxe à la française ». Pour l’auteur, il était donc particulièrement intéressant de montrer qu’il a en partie été inventé par les anglais …

Si Benoist Simmat continue a écrire des essais sur le vin, il explique que ses bandes dessinées lui permettent d’avoir beaucoup plus de lecteurs :  » pour un lecteur d’essai, il y a trois lecteurs de BD… »

Champagne ! Le Dom Pérignon Code, éditions 12 Bis, 12€

Pour le commander cliquez ici