Iino Mizuki et son Bistro un coup, l’esprit Lapierre à Tokyo

capture-decran-2017-01-07-a-20-58-48capture-decran-2017-01-07-a-20-45-37

Ambiance feutrée, cuisine de saison, vins natures et précis, Bistro un coup (oui Bistro, sans « t ») est un restaurant français orchestré par Iino Mizuki, passionné de vins français. Depuis 2011 cet ancien stagiaire de Marcel Lapierre régale quotidiennement une clientèle aisée et organise deux fois par an une journée cochon à la broche dans un esprit très beaujolais.

Poussez la porte de ce restaurant et vous trouverez un bar. Un long bar derrière lequel Iino Mizuki officie, tire bouchon à la main, sourire aux lèvres. Les tables sont disposées le long des larges fenêtres, l’ensemble est clair et épuré. Et à coté d’une porte en bois où l’on peut lire « cave », un mur recouvert de dédicaces, le livre d’or de l’endroit autour d’une caricature de Marcel Lapierre. Bistro un coup est un endroit décalé et raffiné. 

capture-decran-2017-01-07-a-20-55-59capture-decran-2017-01-07-a-20-55-09capture-decran-2017-01-07-a-20-58-25capture-decran-2017-01-07-a-22-54-07

Le maître des lieux est francophile et francophone, il fût stagiaire de Marcel Lapierre, vigneron célèbre et fameux bon vivant de Morgon dans le Beaujolais de 2003 à 2004. Au cours de ces deux années passées en France, il a visité plus de 140 domaines. De retour à Tokyo, il a travaillé dans un bar à vin avant de créer son propre restaurant : Bistro un coup. 

Lapierre, Pacalet, Clos Rougeard, Overnoy, Richaud,… La carte des vins exclusivement française n’est pas très longue mais choisie avec une exigence : privilégier les vins avec de faible taux de sulfites ajoutés. De son apprentissage en France, Iino Mizuki a gardé de nombreux contacts parmi les vignerons du Beaujolais et d’ailleurs. Il travaille avec les certains vignerons depuis une dizaine d’année. On trouve une vingtaine de vins au verre et beaucoup de très belles bouteilles. 

capture-decran-2017-01-07-a-20-57-01capture-decran-2017-01-07-a-22-47-45capture-decran-2017-01-07-a-20-54-33

capture-decran-2017-01-07-a-20-56-39 capture-decran-2017-01-07-a-20-57-22

 

 

Côté cuisine, on trouve une cuisine du marché, légère et fraiche et quelques classiques comme le poulet rôti. La clientèle est à 40% étrangère, puisque le restaurant est situé dans le quartier très aisé des ambassades. Ouvert midi et soir, le restaurant devient volontiers bar à vin dans la soirée. Deux fois par an Iino Mizuki organise une journée spéciale avec cochon à la broche et dorades en croute de sel. Encore un hommage à Marcel Lapierre, qui organisait de son vivant de véritables banquets chez lui pour le 14 juillet avec 300 copains autour de 4 cochons à la broche… 

 

Infos Pratiques :

Pour tout savoir sur Bistro un coup, consultez leur page Facebook ou leur site internet

 

capture-decran-2017-01-07-a-23-15-42capture-decran-2017-01-07-a-23-15-26  capture-decran-2017-01-07-a-23-14-56 capture-decran-2017-01-07-a-23-26-35 capture-decran-2017-01-07-a-23-24-10 capture-decran-2017-01-07-a-23-15-14 capture-decran-2017-01-07-a-23-27-05  capture-decran-2017-01-07-a-23-14-09capture-decran-2017-01-07-a-23-13-57  capture-decran-2017-01-07-a-23-12-42capture-decran-2017-01-07-a-23-13-01

Une appli gratuite à télécharger : Bourgogne Rando Vignes

Appli gratuite bourgogne rando climatsAppli gratuite bourgogne rando climats

Vous avez toujours rêvé de vous promener dans les vignes bourguignonnes avec Georges Clooney … c’est (presque) possible ! Téléchargez donc cette application gratuite qui vous propose des balades à travers les fameux « climats » de Bourgogne. Grâce à la géolocalisation, vous serez informé au fur et à mesure de votre route des vignes que vous traversez, des choses à ne pas rater … Vous pouvez déjà la télécharger ici !

Une application géolocalisée

Cette nouvelle application est ce que l’on appelle une appli « embarquée ». Concrètement, une fois téléchargée, les problèmes de réseaux se font oublier. L’application fonctionne à l’aide du mode GPS et permet une utilisation complètement offline sur le terrain. Ce mode, plus précis, permet d’éviter les problèmes de connexion liés aux lieux d’utilisation de l’application (perte de connexion, faible débit).

 

Appli gratuite bourgogne rando climatsAppli gratuite bourgogne rando climats

Une application en mode promenade commentée

Tout au long des parcours, des points d’étape offrent de nombreuses informations concernant les climats et leur toponymie, l’histoire de la vigne, les spécificités géologiques du terrain… Contenus éditoriaux, audio ou visuels… Leurs fiches détaillées dévoilent tous les secrets du vignoble de Bourgogne, in situ. En termes d’ergonomie, les contenus audio se déclenchent autour des points d’étapes à l’aide de la géolocalisation. Selon la position de l’utilisateur, des alertes sonores indiquent leur proximité.

Appli gratuite bourgogne rando climats

Appli gratuite bourgogne rando climats

Plusieurs journalistes ont travaillé à la rédaction des textes audio et à leurs enregistrements. François Berland, voix officielle de RFM et l’une des doublures Georges Clooney, s’est prêté notamment au jeu de l’enregistrement.

Enfin, un guidage audio se déclenche également automatiquement pour orienter l’utilisateur sur le bon itinéraire sans avoir à vérifier sur la carte. Impossible de perdre son chemin !

Aujourd’hui : Corton et Santenay, demain : le Château du Clos de Vougeot

Deux premiers circuits ont été retenus pour lancer l’application : le tour de la Butte de Corton (6km) et le circuit des Crêtes à Santenay (11km). D’autres sentiers sont déjà en préparation pour alimenter régulièrement le contenu, en Côte de Nuits notamment, autour du Château de Vougeot.

Une version anglaise sera également disponible à l’automne.

(Source : communiqué de presse Côte d’Or Tourisme)  Appli gratuite bourgogne rando climats

 

Vous aimerez aussi : 

Les meilleurs applis gratuites sur le vin 

La candidature des Climats de Bourgogne à l’UNESCO

L’appli iPhone de la semaine : Que boire que manger ?

L’expo photo itinérante des Climats de Bourgogne 

Conseil vin, l’application pour choisir son vin en grande surface

Château Sainte Roseline : grand cru rosé et site classé de Provence

Château Sainte Roseline, c’est un rosé de Provence fameux, un grand cru classé même, qui fait la renommée du domaine. Mais un point d’honneur est mis aussi à la réalisation de grands vins blancs et rouges, qui comptent pour 45% dans la production du domaine. La propriété viticole en elle même compose un patrimoine exceptionnel, tourné depuis des années vers l’œnotourisme. Visite guidée avec Aurélie Bertin, la pétillante propriétaire de ce domaine séculaire.

Un domaine viticole vieux de plus de 7 siècles

Depuis le 10e siècle il y a des traces de l’existence de ce domaine, mais c’est vraiment au milieu du 11e siècle qu’un ermite s’est installé ici parce qu’il y avait une source. Un oratoire puis une abbaye ont été créés. Sainte Roseline était la mère prieure de cette abbaye au 14e siècle et à son décès en 1329, elle a été inhumée dans le cloître. Son corps repose toujours aujourd’hui dans la chapelle sous une chasse de cristal. Sainte Roseline était la protégée de l’évêque de Fréjus et c’est cet évêque qui a créé le vignoble du Château Sainte Roseline au 14e siècle, il est ensuite devenu Pape en Avignon.

C’est un vieux domaine qui a plus de 7 siècles d’histoire de culture de la vigne. On a acquis ce domaine en 1994, mes parents ont restructuré le domaine et reconstruit les caves. Ce qui est important, c’est que cette fameuse source, à l’origine du domaine, existe encore aujourd’hui et permet de produire les 400 000 bouteilles annuelles du domaine ainsi qu’une irrigation naturelle du vignoble.

Ce domaine est chargé d’histoire et pour nous, c’est très important. On essaye de l’ouvrir le plus possible pour le faire découvrir aux visiteurs. On fait visiter les caves mais aussi toute la partie historique du Château, le cloître, la chapelle.On explique l’histoire de ce domaine. Il est connu pour ses vins, qui sont crus classés, mais aussi pour son site, classé monument historique.

L’ouverture à l’œnotourisme est primordiale car les gens qui sont venus visiter les caves, qui ont entendu l’histoire du domaine, se souviennent de nous. On a de la chance d’être dans une région extrêmement touristique, ce qui nous fait une publicité énorme dans le monde entier. J’ai pris la relève de mes parents ici au domaine en 2007 et c’est une très belle histoire qui se perpétue. J’espère que mes enfants continueront aussi !

Capture d’écran 2013-06-26 à 15.15.29

Seulement 55% de rosés, et un gros travail sur la qualité des vins

On a vraiment fait un gros travail au niveau de la qualité des vins. On met tout en œuvre pour faire des vins de grande qualité. La différence entre un rosé sur le fruit, qu’on peut boire tous les jours autour de la piscine ou à la plage et un rosé de gastronomie, c’est vraiment la structure en bouche. Beaucoup de rosés sont très agréables, très aromatiques, mais sont souples et assez simples en bouche. Les rosés de garde ont beaucoup de matière en bouche, ont une belle structure et peuvent être associés à une cuisine puissante et gastronomique. Un cépage comme le mourvèdre, qu’on utilise beaucoup dans nos cuvées haut de gamme, est un cépage qui a de la structure.

Le rosé ne représente que 55% de la production du domaine, alors que la plupart des producteurs de l’appellation lui consacrent environ 90% de leurs productions. Aurélie Bertin défend ce choix de produire également 30% de rouge et 15% de blanc : « On peut faire de très grands blancs et de très grands rouges ici. Sainte Roseline a toujours été un terroir excellent pour les rouges. On a des sols argilo-calcaires et il y a toujours eu de très grands rouges au Château Sainte Roseline donc quand on a repris la propriété, on a continué sur cette lignée là. On a replanté beaucoup de syrah et de cabernet sauvignon. Je pense qu’en Provence, on a la chance de pouvoir travailler avec de nombreux cépages pour les rouges (syrah, grenache, cabernet sauvignon, carignan) donc on peut faire de très belles choses en rouges.  »

IMG_9747 IMG_9757

IMG_9655

Un grand merci à Eric pour m’avoir fait rencontrer Aurélie, découvrir ce très bel endroit et déguster ces vins d’exception.

Pour en savoir plus, vous pouvez voir ce magnifique reportage vidéo par Obiwine, lire également l’article de Miss Vicky Wine, et celui de Nina. Et à voir, l’interview d’Aurélie Bertin par La Revue du Vin de France

Boire un verre de vin du Nord de l’Italie avec Ian d’Agata

Ian d’Agata, c’est LE monsieur vin italien. Journaliste pour Decanter, auteur de guides, co-directeur de la « Rome International Wine School »… Alors en béotienne, je lui ai demandé par quoi commencer pour appréhender les vins du Nord de l’Italie (ah oui on est dans une thématique en ce moment).

Car oui, il y a des vignes ailleurs qu’en Toscane, et oui il existe d’autres vins que le chianti et le barolo. Par exemple dans cette région du Nord de l’Italie qui nous intéresse ici, qui comprend Frioul Vénétie et Julienne, on trouve les meilleurs pinot gris, « pinot grigio », d’Italie selon notre expert à l’irrésistible accent. Mais attention, il y a pinot grigio et pinot griogio, et avec Ian comme guide, on ne peut pas se tromper. Il y a celui qui est « presque industriel,  neutre, simple, facile à boire » et il y a les « pinots grigio vraiment grands, profonds, concentrés » qui viennent du Frioul principalement et pour lesquels il faut être « prêt à payer » … 10 euros.

photo-1  photo-3 photo-4 photo

Pour changer du pinot gris, Ian recommande également

  • le pinot blanc de la région. Plus rare à trouver, mais vraiment excellent. Il ajoute même : « rien à voir avec le pinot blanc d’Alsace »…
  • un « merveilleux vin d’apéritif » : le ribolla gialla. Très bon aussi avec les poissons d’eaux douces, et les assiettes à base de végétal, comme les asperges ou les artichauts.
  • le « malvasia » pour ceux qui, comme Ian, aiment les vins aromatiques, les riesling, le gewurtzraminer, mais qui les trouvent parfois un peu trop exubérants. La mavasia est « mois excessive ».

Et pour contextualiser un peu, quelques images de Vénétie …

Capture d’écran 2013-03-12 à 13.47.13Capture d’écran 2013-03-12 à 13.53.52Capture d’écran 2013-03-12 à 14.06.18Capture d’écran 2013-03-12 à 13.48.39Capture d’écran 2013-03-12 à 13.50.01Capture d’écran 2013-03-12 à 13.52.57Capture d’écran 2013-03-12 à 14.05.56Capture d’écran 2013-03-12 à 13.51.56Capture d’écran 2013-03-12 à 14.06.55
Capture d’écran 2013-03-12 à 13.52.28Capture d’écran 2013-03-12 à 14.05.15Capture d’écran 2013-03-12 à 13.50.45Capture d’écran 2013-03-12 à 13.51.10Capture d’écran 2013-03-12 à 14.05.02Capture d’écran 2013-03-12 à 13.48.52Capture d’écran 2013-03-12 à 13.54.27

Capture d’écran 2013-03-12 à 13.56.07Capture d’écran 2013-03-12 à 13.56.38Capture d’écran 2013-03-12 à 13.57.13

Merci à Grains Nobles pour l’accueil (de la dégustation, hein, pas en Vénétie!)

Où boire un verre à Venise

Une fois n’est pas coutume, on sort des frontières ! Direction l’Italie et la Vénétie… Aujourd’hui une petite carte postale de Venise et quelques endroits où je vous conseille l’aller flâner en buvant un verre. 

  • Al Merca – A deux pas du très touristique Rialto, sur une petite place, ce bar à vin nature est l’endroit idéal où boire un verre de vin. Ne comptez pas vous y attarder, il n’y a pas de salle pour s’installer ni de terrasse où s’asseoir. Ici on boit un verre debout en discutant avec ses voisins! On boit quoi ? Un verre de bon vin, nature qui plus est ou un Spritz, cocktail inévitable à Venise. Merci à Guillaume pour l’adresse ! Al Merca, Campo Bella Vienna 213, San Polo
  • Caffe Florian – Oui c’est une institution (depuis 1720 tout de même), oui c’est sur la place Saint Marc, oui c’est plein de touristes et oui c’est TRES cher. Mais bon, on ne va pas à Venise tous les jours donc on peut se faire un petit plaisir. Donc si vous aimez les dorures ou que vous voulez vous prendre pour George Sand et Alfred de Musset, ne manquez pas le Caffe Florian. On boit quoi ? Un verre de prosecco, ce vin effervescent italien. Caffe Florian Piazza San Marco
  • Osteria All’Alba – Envie de boire un dernier verre avant d’aller vous coucher ? C’est là qu’il faut aller ! Bar à blues perdu dans une ruelle à deux pas du Rialto (oui encore) avec graffiti, vinyls et vieilles affiches aux murs et excellente musique rock et blues en bande son. L’envie de s’attarder ici grandit avec l’impression d’avoir dénicher un endroit authentique, fait rare à Venise. On boit quoi ? Un verre de  vin ou pour 5 euros, on essaye le Bellini,autre cocktail typique. Osteria All’Alba Calle Bombasei

Quelques photos pour vous donner envie d’aller boire quelques verres là bas … (merci de ne pas les utiliser sans mon autorisation)
Capture d’écran 2013-03-13 à 14.31.58Capture d’écran 2013-03-13 à 14.31.43Capture d’écran 2013-03-12 à 13.34.35Capture d’écran 2013-03-13 à 14.32.53Capture d’écran 2013-03-13 à 14.33.53Capture d’écran 2013-03-12 à 13.38.12Capture d’écran 2013-03-12 à 13.42.47Capture d’écran 2013-03-12 à 13.43.42Capture d’écran 2013-03-12 à 14.02.03 Capture d’écran 2013-03-12 à 13.43.33Capture d’écran 2013-03-12 à 14.01.27Capture d’écran 2013-03-12 à 13.33.00Capture d’écran 2013-03-12 à 13.44.34Capture d’écran 2013-03-12 à 13.44.09Capture d’écran 2013-03-12 à 13.45.08Capture d’écran 2013-03-12 à 13.57.32 Capture d’écran 2013-03-12 à 13.45.56 Capture d’écran 2013-03-12 à 13.46.15Capture d’écran 2013-03-12 à 13.36.32Capture d’écran 2013-03-12 à 13.36.44Capture d’écran 2013-03-12 à 14.00.19