Le chenin en fête à la Paulée de l’Anjou

Paulée de l'Anjou Coulée de Serrant 2019

Y’a pas que le chardonnay dans la vie, y’a le chenin aussi ! Ce cépage blanc, roi de l’Anjou a été mis à l’honneur lors de la 8e Paulée de l’Anjou qui s’est déroulée le 30 juin 2019. Pour la première fois, cet événement réunissait les vignerons de l’Anjou noir et de l’Anjou blanc, autour d’une journée passionnante et festive. 

C’est au cœur du vignoble de Savennières, à la Coulée de Serrant que cette journée ligérienne a commencé. Au programme, une promenade dans le vignoble et une présentation des principaux crus de l’Anjou. Historiens, géologues et vignerons étaient là pour expliquer les spécificités du terroir et de la conduite du vignoble.

Paulée de l'Anjou Coulée de Serrant 2019Paulée de l'Anjou Coulée de Serrant 2019

Paulée de l'Anjou 2019 Paulée de l'Anjou 2019

La Coulée de Serrant est un vignoble séculaire, planté au 12ème siècle (1130) par des Moines Cisterciens qui est toujours resté en vigne depuis. L’ancien petit monastère qui fait toujours partie de la propriété est classé à l’inventaire des monuments historiques et le domaine compte nombre de vestiges de différentes époques. Depuis 1984 les vignes sont conduites en agriculture biodynamique et Nicolas Joly a largement contribué à la renommée de ses vins même si déjà au moyen âge Louis XI célébrait le vin produit ici. 

La dégustation qui s’en est suivie a regroupé une soixantaine de domaines présentant chacun deux vins. Un bel aperçu de la variété des terroirs et de leurs expressions et quelques jolies découvertes. Tous les cépages étaient représenté mais avec la tenue du congrès international du chenin le lendemain, ce cépage était particulièrement bien représenté. Mes 3 coups de cœurs en chenin parmi tous ces flacons : Franc de Pied 2017 de Philippe et Catherine Delesvaux, l’Anjou blanc du Domaine Augereau et le Saumur blanc 2018 de Brendan Stater-West.

Paulée de l'Anjou Coulée de Serrant 2019

Cette 8e édition de la Paulée de l’Anjou s’est achevée par un diner d’exception dans le cadre grandiose des Greniers Saint Jean à Angers. Pour l’occasion, trois chefs étoilés angevins ont participé à l’élaboration du menu : Pascal Favre d’Anne (le Favre d’Anne à Angers), David Guitton (la Table de la Bergerie à Champ sur Layon) et Mickaël Pihours ( le Gambetta à Saumur). Un diner haut en saveur et riche en dégustation puisque les vignerons ont également régalé leurs invités avec des vieux millésimes et quelques magnums et jéroboam directement sortis leurs caves … La soirée s’est joyeusement poursuivie jusque tard, en dégustant quelques vieux liquoreux pour certains et sur la piste de danse pour les autres !

Paulée de l'Anjou 2019 Paulée de l'Anjou 2019 Paulée de l'Anjou 2019 Paulée de l'Anjou 2019

Pour tout savoir sur la Paulée de l’Anjou, rendez vous ici 

Pour aller plus loin, vous pouvez revoir mon reportage sur le Pineau d’Aunis 

 

D’Irancy à Noyers Sur Serein, promenade dans l’Yonne

Promenons nous dans l’Auxerrois en attendant que le printemps y soit … D’Irancy à Noyers sur Serein, escapade dépaysante et gourmande en Bourgogne septentrionale à mi chemin entre Paris et Beaune où bâti médiéval et paysages viticoles alternent aimablement.

Village viticole réputé pour ses vins rouges, ce village fait figure d’exception dans ce coin de Bourgogne situé entre Saint Bris réputé pour ses vins blancs de sauvignon (la seule appellation Bourguignonne produisant ce cépage) et Chablis, immense région de production de chardonnay. L’implantation de la vigne dans ce village remonterait au IIe siècle. Créée en 1998, l’appellation « Irancy » produit donc exclusivement des vins rouges majoritairement composé de pinot noir et dans une proportion minoritaire de cépage césar.

Également réputé pour sa production de cerises, ce village est également à voir au printemps lorsque les cerisiers en fleurs recouvrent les coteaux.  Ne pas rater à Irancy la très belle église Saint Germain fondée par les moines d’Auxerre au XIIIe siècle 

 

Véritable institution dans la région, le Soufflot est l’endroit idéal pour un déjeuner gourmand dans une ambiance conviviale. Les plats sont généreux, la carte des vins remarquable avec une sélection de vins de la région évidemment mais également de très belles références dans la plupart des régions de France. Prix doux et accueil généreux : on ne peut rêver mieux ! Il se murmure que le Soufflot devrait ouvrir très prochainement un deuxième établissement, situé à Meursault…

Pour l’anecdote, on retiendra que ce restaurant doit son nom à Jacques Germain Soufflot, architecte du 18e Siècle né à Irancy. On lui doit notamment la réalisation du Panthéon à Paris (la rue Soufflot a d’ailleurs une place au Panthéon de la chanson française, bonus en musique ici) mais également la façade de l’Hotel Dieu à Lyon. Il est le grand homme d’Irancy. 

Entre deux coteaux, arrêt à Chitry. Du 10eme au 13e siècle ce village était séparé en deux, une partie appartenant au comté de Tonnerre (en Champagne), et la seconde appartenant au comté d’Auxerre (en Bourgogne). On y produit des vins blancs et rouges mais ce village vigneron est surtout remarquable pour son église fortifiée. Sur les 4 tours qu’elle possédait on peut aujourd’hui admirer surtout sa tour ronde ressemblant à un donjon et sa tour carrée.

Arrivée à Noyers sur Serein, un des plus beaux villages de France aux très nombreux vestiges médiévaux. De nombreuses entrées de caves rappellent ici aussi l’importance historique de la viticulture. A l’Ascension, les vignerons se rendent à la porte de Tonnerre et décorent la statue de la Vierge à l’Enfant, leur protectrice. Mais Noyers-sur-Serein a aussi été une ville d’agriculture (à ne pas rater, la place du Marché-au-blé). Elle tire d’ailleurs son nom du mot nux, la noix. La ville toute entière renvoie l’image d’une cité paysanne plutôt prospère.

Étape obligatoire également à l’église Notre Dame édifiée entre 1491 et 1515 qui est de style gothique très pur. Terminez votre visite le loin du Serein qui longe le village. Vous pourrez admirer les anciens remparts et les 19 tours de fortifications qui sont encore partiellement visibles ou intactes. 

En espérant vous avoir donné envie de découvrir ou redécouvrir cette partie de Bourgogne. N’hésitez pas à me donner vos bonnes adresses et vos villages coups de coeurs aux alentours…

 

Iino Mizuki et son Bistro un coup, l’esprit Lapierre à Tokyo

capture-decran-2017-01-07-a-20-58-48capture-decran-2017-01-07-a-20-45-37

Ambiance feutrée, cuisine de saison, vins natures et précis, Bistro un coup (oui Bistro, sans « t ») est un restaurant français orchestré par Iino Mizuki, passionné de vins français. Depuis 2011 cet ancien stagiaire de Marcel Lapierre régale quotidiennement une clientèle aisée et organise deux fois par an une journée cochon à la broche dans un esprit très beaujolais.

Poussez la porte de ce restaurant et vous trouverez un bar. Un long bar derrière lequel Iino Mizuki officie, tire bouchon à la main, sourire aux lèvres. Les tables sont disposées le long des larges fenêtres, l’ensemble est clair et épuré. Et à coté d’une porte en bois où l’on peut lire « cave », un mur recouvert de dédicaces, le livre d’or de l’endroit autour d’une caricature de Marcel Lapierre. Bistro un coup est un endroit décalé et raffiné. 

capture-decran-2017-01-07-a-20-55-59capture-decran-2017-01-07-a-20-55-09capture-decran-2017-01-07-a-20-58-25capture-decran-2017-01-07-a-22-54-07

Le maître des lieux est francophile et francophone, il fût stagiaire de Marcel Lapierre, vigneron célèbre et fameux bon vivant de Morgon dans le Beaujolais de 2003 à 2004. Au cours de ces deux années passées en France, il a visité plus de 140 domaines. De retour à Tokyo, il a travaillé dans un bar à vin avant de créer son propre restaurant : Bistro un coup. 

Lapierre, Pacalet, Clos Rougeard, Overnoy, Richaud,… La carte des vins exclusivement française n’est pas très longue mais choisie avec une exigence : privilégier les vins avec de faible taux de sulfites ajoutés. De son apprentissage en France, Iino Mizuki a gardé de nombreux contacts parmi les vignerons du Beaujolais et d’ailleurs. Il travaille avec les certains vignerons depuis une dizaine d’année. On trouve une vingtaine de vins au verre et beaucoup de très belles bouteilles. 

capture-decran-2017-01-07-a-20-57-01capture-decran-2017-01-07-a-22-47-45capture-decran-2017-01-07-a-20-54-33

capture-decran-2017-01-07-a-20-56-39 capture-decran-2017-01-07-a-20-57-22

 

 

Côté cuisine, on trouve une cuisine du marché, légère et fraiche et quelques classiques comme le poulet rôti. La clientèle est à 40% étrangère, puisque le restaurant est situé dans le quartier très aisé des ambassades. Ouvert midi et soir, le restaurant devient volontiers bar à vin dans la soirée. Deux fois par an Iino Mizuki organise une journée spéciale avec cochon à la broche et dorades en croute de sel. Encore un hommage à Marcel Lapierre, qui organisait de son vivant de véritables banquets chez lui pour le 14 juillet avec 300 copains autour de 4 cochons à la broche… 

 

Infos Pratiques :

Pour tout savoir sur Bistro un coup, consultez leur page Facebook ou leur site internet

 

capture-decran-2017-01-07-a-23-15-42capture-decran-2017-01-07-a-23-15-26  capture-decran-2017-01-07-a-23-14-56 capture-decran-2017-01-07-a-23-26-35 capture-decran-2017-01-07-a-23-24-10 capture-decran-2017-01-07-a-23-15-14 capture-decran-2017-01-07-a-23-27-05  capture-decran-2017-01-07-a-23-14-09capture-decran-2017-01-07-a-23-13-57  capture-decran-2017-01-07-a-23-12-42capture-decran-2017-01-07-a-23-13-01

20 déjeuners autour du vin : rencontres viticoles et gustatives en Bourgogne

capture-decran-2016-10-20-a-22-25-19

sebastien chambru vin bourgogne

Objet livresque non identifié, « 20 déjeuners autour du vin » n’est pas uniquement un livre de recettes, mais pas non plus une galerie de portraits. C’est une promenade gourmande. Un fil tendu entre la cuisine et la cave où Sébastien Chambru répond en cuisine aux confidences de vignerons bourguignons. Une balade appétissante et poétique grâce aux magnifiques photos de Matthieu Cellard.

Sébastien Chambru, à l’origine du projet, est un cuisinier. Un chef même, formé chez Paul Bocuse. Et meilleur ouvrier de France de surcroît. En 2013, il est revenu sur ses terres natales près de Fuissé et a ouvert son premier restaurant « L’Ô des vignes ». Le choix de ce nom déjà annonçait la couleur.

« Combien de fois, autour d’un diner, j’ai parcouru avec mes compagnons de gueule, les routes du Mâconnais, de la Côte chalonnaise, les chemins de Nuits, de Beaune, … (…) Tant de fois, qu’un jour, l’idée de faire grandeur nature ce tour de la Bourgogne, de partir de L’O des vignes et d’aller sonner à leurs portes s’est imposée comme une évidence : j’irai diner chez mes vignerons fétiches, ceux qui depuis des années me confient leurs vins comme on envoie ses enfants se confronter au monde. Ils serviraient les plats familiaux, ceux qu’ils aiment marier avec les vins de leurs domaines. Nous allions vivre de beaux moments… » Voilà comme Sébastien Chambru explique son idée.

sébastien chambru capture-decran-2016-10-20-a-22-26-52

Ce livre est donc composé en vingt rencontres, chez vingt vignerons, depuis le Domaine Robert Denogent dans le Maconnais jusqu’au domaine Sylvain Pataille à Marsannay. L’idée originale de ce cuisinier : à l’issu de chaque rencontre, de chaque déjeuner, il a créé comme une « dédicace » une recette inédite réalisée avec les mêmes ingrédients que ceux du plat familial « comme un trait d’union entre la cuisine familiale et la cuisine des chefs, poignée de main entre le vigneron et le cuisinier ».

On peut piocher dans ce livre de rencontres des recettes du chef, mais aussi celles proposées par les vignerons. On peut découvrir le travail de ces vingt artisans vignerons dans des portraits sensibles et attachants, riches d’anecdotes qui donnent à voir le métier différemment.

Les vingt domaines à l’honneur sont : domaine Robert Denogent, domaine de la Sarazinière, domaine Nicolas Maillet, domaine Guillemot Michel, domaine Guillot Broux, domaine Stéphane Aladame, domaine François Lumpp, domaine de la Framboisière, domaine Paul et Marie Jacqueson, domaine de Villaine, domaine Arnaud Ente, château de Monthelie, maison Sarnin Berrux, maison Philippe Pacalet, domaine Emmanuel Giboulot, domaine Danièle Bonnardot, domaine de Bellène, domaine Cécile Tremblay, domaine Anne Gros, domaine Sylvain Pataille.

Une part très importante de cet ouvrage est faite à l’illustration et les photos de Matthieu Cellard achèvent de régaler cette lecture. Des mosaïques de détails. Des portraits jamais posés. On passe de la contemplation admirative d’un paysage ou d’un plat à une scène spontanée de dégustation ou de préparation culinaire. Il y a du travail et il y a de la vie qui passent. On touche au plus près les sensations. A la fin de chaque chapitre, on a l’impression d’avoir soi même rencontré le vigneron.

capture-decran-2016-10-20-a-22-25-32   capture-decran-2016-10-20-a-22-24-48capture-decran-2016-10-20-a-22-25-00 capture-decran-2016-10-20-a-22-24-14capture-decran-2016-10-20-a-22-23-56capture-decran-2016-10-20-a-22-24-32

Infos 

20 déjeuners autour du vin – Bamboo éditions – 40€ – parution le 2 novembre 2016

Disponible déjà à l‘Athenaeum à Beaune ici

Restaurant L’O des vignes, Rue du Bourg,71960 FUISSÉ – Tel. 03 85 38 33 40 – chambru@me.com

Vous aimerez aussi ces articles : 

Après la grêle, amer constat au Domaine Robert Denogent à Pouilly

Entre les vignes, livre-rencontre avec des vigneron bourguignons  passionnés

Le jambon persillé de ma grand mère 

Le poulet Gaston Gérard 

 

Ma cuisine au vin #1 : la recette du Poulet Gaston Gérard

Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vin   Je me lance dans une série de recettes de cuisine au vin, parce que ce sont les recettes de ma grand mère et que ses plats ont toujours un franc succès à table, accompagnés de quelques bonnes bouteilles, bien entendu. Je ne suis pas une grande spécialiste en matière de gastronomie, ni photographe culinaire, mais j’avais envie de partager ces recettes de grand-mère avec vous (d’autant que certains me les réclament fréquemment via Facebook). Je suis preneuse de tous vos conseils et toutes vos recettes (il existe tellement de variantes pour ces plats traditionnels) dans les commentaires !  Aujourd’hui, parce que c’est dimanche et que dimanche, traditionnellement le poulet est de rigueur, j’entame cette série de recettes avec la recette du Poulet Gaston Gérard. Un nom barbare, je sais, mais qui a sa petite histoire (merci Wikipédia). En résumé, comme pour la tarte Tatin, c’est une recette née d’une maladresse, un pot de moutarde qui tombe dans une cocotte de poulet… Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinRecette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinRecette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinPour commencer, il faut faire dorer les morceaux de poulets à la poëlle (le moment le plus pénible et surtout salissant de la recette, après, c’est vraiment très simple). Faire revenir les échalotes dans une cocotte en fonte. Ajouter les morceaux de poulets, du vin blanc (pour un poulet, je mets presque une bouteille environ), une pincée de paprika et deux grosses cuillères à soupe de moutarde (avec de la moutarde Fallot c’est vraiment meilleur, mais vous pouvez prendre une autre moutarde évidemment).   Laisser cuire à feux doux et ajouter les champignons en cours de cuisson. Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinRecette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vin Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinRecette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinUne fois que le poulet est presque cuit, déposer les morceaux dans un plat à gratin, versez le jus de cuisson et parsemez l’ensemble de comté rapé grossièrement. J’ai bien dit du comté… pas de gruyère ou d’emmental attention (oui je suis un peu l’ayatollah du comté) ! Pour la simple et bonne raison que cela donne bien plus de goût. Enfournez votre plat à gratin 10-15mn au four environ. Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vin Recette Poulet Gaston Gérard ©Marthe Henry - L'actu du vinJe sers très souvent ce plat avec une purée maison, ou du riz quand je n’ai pas le temps de faire une purée… L’important est surtout de trouver une bouteille de vin blanc adéquate, avec assez de corps et de gras. Un chardonnay de préférence … Bon dimanche à tous ! Pour réaliser ce plat il vous faut :  Un poulet fermier (de Bresse si possible) découpé / quelques échalotes / une bouteille de vin blanc / deux grosses cuillères de moutarde Fallot / une pincée de paprika / 500g de champignons de Paris / 200g de Comté

 

Vous aimerez aussi : 

Brochettes de poulet marinées et Riesling Clos Saint-Odile de Pierre Sparr

Huiles et Baux de Provence chez Christian Têtedoie à Lyon

Où manger à Chateauneuf du Pape ? 

Qu’est ce qu’on mange avec un vin liquoreux ? 

Qu’est ce qu’on mange avec un Cognac ?