Ce qu’il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne


Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry

L’édition 2014 des Grands Jours de Bourgogne a attiré un vaste public de professionnels et de journalistes du monde entier. Ils peuvent en une semaine déguster tous les domaines de toutes la Bourgogne regroupés en appellation.  Si la hausse globale est de +9 % de visiteurs uniques (2 400 cette année contre 2 200 en 2012), la hausse de fréquentation par manifestation est en moyenne de 28 %. Ce très bon score confirme que les visiteurs participent à toujours plus de dégustations. Par catégories de métier, les importateurs (26 % des visiteurs) et les Cavistes/Magasins spécialisés (24 %) étaient de loin les plus représentés. Les restaurateurs et sommeliers suivaient de près (22 %). La prochaine édition des Grands jours de Bourgogne aura lieu en mars 2016 !

Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry

Parce qu’il attire un vaste public de professionnels, les Grand Jours de Bourgogne donnent désormais lieu à de nombreux « off », comme toute manifestation de cette ampleur. C’est également l’occasion de croiser les copains journalistes, cavistes, importateurs, sommeliers de manière plus informelle. Un grand merci à Jean-François Vandroux et Pierre Grimaldi, le  joyeux duo de Anima Vinum pour cette sympathique soirée de dégustation à l’aveugle pleine de surprises … Anima Vinum sélectionne exclusivement des vins de vignerons récoltant et est identifiable à son logo : un petit escagot qui porte un tonneau en guise de coquille… Je vous en reparlerai très bientôt.

Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry L’un des « off » qui fait désormais partie des rendez vous incontournable de ces Grands Jours, c’est la dégustation des Tontons Trinqueurs au domaine Muzard à Santenay (souvenez vous, je m’y étais déjà rendue en 2012, voir le reportage vidéo ici). 36 domaines renommés de Bourgogne, de Champagne, de la Loire,d’Alsace, de la Vallée du Rhône, de Provence ou encore de Corse ont encore une fois permis de déguster leur millésime 2012 dans une ambiance conviviale. Là aussi, les professionnels étaient au rendez vous avec plus de 350 visiteurs. Cette année, coté restauration, les Tontons nous ont régalé avec les excellents burgers entièrement bourguignons de B comme Burgui. L’occasion d’un pic-nic de luxe au milieu des vignes de Santenay.

Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry

Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryunnamCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henryed L’autre « off » incontournable de cette édition des Grands Jours de Bourgogne, c’était la première édition des Affranchis, au hameau de Barboron (voir l’article consacré à cet événement ici). Là ce sont les vins dits « natures » qui étaient à l’honneur avec des vignerons venus de toutes les régions viticoles. Point fort de ces deux jours de salon, un diner d’exception réalisé par Yves Camdeborde, Guillaume Crotet, Hugo Desnoyer, Laurent Parra, Jean Yves Bordier et Pierre Hermé … Au fil du repas, les convives pouvaient goûter les vins des vignerons présents, qui n’hésitaient pas à faire tourner leurs bouteilles de tables en tables. Un diner à la fois très prestigieux et très convivial qui s’est terminé sur la piste de danse tard dans la nuit !Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry

J’ai terminé cette semaine de dégustations et de rencontres par une grande première : le diner de la Banée de Meursault. C’est une sorte de petite soeur de la fameuse Paulée de Meursault : même lieu, le château de Meursault, même concept, un diner vignerons où les convives apportent leurs vins, même ambiance avec les Cadets de Bourgogne ! Un repas qui dure toute la nuit, un défilé de bouteilles bourguignonnes plus prestigieuses les unes que les autres, une ambiance familiale, c’est quasiment comme la Paulée, sauf que la Banée a lieu le soir. Merci à Romain Escoffier qui a rendu cette première fois possible !

unnamedCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry10Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry-5unnamed-Ce qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe HenryCe qu'il ne fallait pas rater pendant Les Grands Jours de Bourgogne ©Marthe Henry

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s