Une exposition sur le vin : la cave de Joséphine

Frais et coupé à l’eau glacée, c’est ainsi que Napoléon buvait son Chambertin. Il n’était d’ailleurs pas un grand amateur de vin. Malgré cela, la cave du château de Malmaison est assez exceptionnelle. Parce qu’elle comptait 13 000 bouteilles à la mort de Joséphine en 1814 et par son achalandage.


L’exposition fait le va et vient entre la table et la cave, entre les producteurs et le chef de cave, et suit l’évolution des techniques et des goûts à travers 200 objets et documents. Une plongée très concrète et inédite dans la cave de Joséphine.

Bouteille portant l'inscription "Défense d'en laisser"

Des bouteilles. C’est la première chose que l’on voit en arrivant dans cette exposition. Pour une exposition sur une cave, cela semble attendu. Pourtant leurs formes différentes et leurs particularités disent beaucoup sur les progrès de la verrerie et le commerce du vin.

La mise en bouteille était parfois faite au château de Malmaison, dans cette cave de Joséphine. Dans des bouteilles fabriquées spécialement au chiffre de Napoléon.

Plaques d'émail, porcelaine et orfèvrerie

Certains négoces ou grandes propriétés faisaient également des bouteilles à leurs noms ou signées avec des inscriptions. Avant 1820, il était rare de trouver des bouteilles étiquetées. Des petites plaques en émail avec une chaîne étaient accrochées aux carafes ou bouteilles de service.


Le Bourgogne par tradition, le Bordeaux par choix

Verre à Bordeaux gravé du chiffre de Napoléon 1804-1814

Fait assez exceptionnel à l’époque, une grande partie de la cave est consacrée aux Bordeaux.  Peut être un goût personnel de l’Impératrice ou une sorte d’aide économique à cette région : au sortir de la Révolution, le négoce bordelais a du mal à repartir, notamment avec l’Angleterre.


On trouve notamment dans la cave de Malmaison Lafite et Latour à « Pouillac » (Pauillac), Chateau-Margaux à Margaux, et « Aubrillan » (Haut-Brion) à Pessac. Quatre premiers crus du futur classement de 1855 …

Inventaire de la cave de Louis XVI, année 1782

Les Bourgogne sont représentés surtout par de très belles bouteilles : Clos de Vougeot, Chambertin, Montrachet, Vosnes, Latâche, Corton, Richebourg, … . C’était le vin le plus couramment bu par la haute société de l’époque et un des rares vins que goûtait l’Empereur : il ne buvait que du Chambertin, de cinq à six ans d’âge de préférence (il en buvait même lors de sa campagne d’Egypte).

Les vins liquoreux et en particulier ceux du Languedoc et d’Espagne sont très présents: 30% de la cave. Ils étaient servis l’après midi lors de collations ou au diner pour accompagner le dessert.

Le vin se met à table

Salle à manger du chateau de Malmaison

Pour avoir un verre de vin lorsque l’on était à table, au XVIIIe siècle, il fallait attendre qu’un domestique passe avec un plateau sur lequel plusieurs verres déjà servis étaient disposés. Les bouteilles et carafes étaient tenues à l’écart de la table, sur des dessertes. Avec le XIXe siècle, une nouvelle tendance prend le dessus : c’est le service dit « à la russe ».

Les verres sont devant les convives et les carafes de vin sur la table. La place et donc l’importance faite au vin y  a beaucoup gagné. En parallèle les verreries et cristalleries vont considérablement élargir leurs compétences et les arts de la table vont se perfectionner.

Détail de l'huile sur toile "Après vous, Sire!"


Amoureux du vin, passionnés des arts de la table, inconditionnels du savoir recevoir à la française ou férus d’histoires napoléoniennes : cette exposition est pour vous !
Il ne vous reste plus que quelques jours pour la découvrir puisqu’elle a été prolongée jusqu’au 22 mars.
Après cette date, l’exposition sera présentée en Suisse puis à Rome.



Coté pratique

La cave de Joséphine, le vin sous l’Empire à Malmaison au Chateau de Malmaison, à Rueil Malmaison (92) (plan ici)

L’entrée ( plein tarif 8 euros, tarif réduit 6,5 euros) donne accès au musée du Chateau, à l’exposition et au parc. Plus d’informations ici

Pour en savoir plus

Critiques de l’exposition sur Evene et dans Libération

La place du Bordeaux dans l’exposition par www.bordeauxactu.com

Le catalogue de l’exposition : La Cave de Joséphine, ouvrage collectif, édition RMN, 25 euros disponible ici . L’ouvrage est passionnant, très riche en illustration et documentation et mériterait d’être consulté avant d’aller voir l’exposition pour mieux en saisir toutes les subtilités.



Advertisements

Une réflexion sur “Une exposition sur le vin : la cave de Joséphine

  1. Pingback: Mes vacances #4 : Une bouteille à la mer | L'actu du vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s